L’IoT moteur de l’industrie automobile 4.0

25.10.2021

Article de blog

Le secteur automobile illustre les bénéfices de la généralisation de l’IoT.  Au service de l’organisation et de la régulation de tous les processus des chaînes de production, l’IoT permet une visibilité à 360° de tout l’écosystème industriel. Zoom sur ce secteur où l’IoT devient moteur de l’émergence des prochains véhicules autonomes.  

 

Aujourd’hui, l’IoT est moteur de l’industrie automobile 4.0. Il est devenu un pilier des écosystèmes industriels, et en particulier celui de l’automobile 4.0. Grâce à ses capacités à perfectionner rapidement les chaînes de production, le secteur automobile est un exemple emblématique. En effet, il symbolise la capacité des industriels à coordonner et suivre en temps réel toute l’activité des chaînes de fabrication et de production. Mature, ce marché est un véritable cas d’étude.

 

De multiples usages de l’IoT dans l’industrie automobile 4.0

 

Présent à toutes les étapes de la chaîne de production (de la R&D à la logistique en passant par la chaîne de production), l’IoT a su s’imposer dans les usages, et l’industrie automobile est en avance dans ce virage numérique. Les cycles de fabrication incompressibles constituent une contrainte forte, en particulier pour un marché concurrentiel tel que celui de l’automobile.

 

Les enjeux pour les chaînes de fabrication sont considérables :

  • nécessité d’être rapides pour s’adapter à la cadence du marché,
  • gestion de transport et d’installation de pièces complexes et coûteuses, parfois imposantes comme les moteurs ou la carrosserie,
  • déploiement d’un nombre croissant de capteurs, d’électronique.

 

Cette mécanique complexe doit répondre au défi de l’automatisation de la chaîne de production. Elle comprend la maîtrise des flux entre les différents centres de fabrication, les différents assets, ou encore les pièces détachées et packaging requérant un tracking en temps réel pour garantir à tout moment l’état, la qualité et la localisation des différents éléments…

 

Il est désormais difficile de s’en passer pour quiconque tient à rester dans la course afin de conquérir et de fidéliser les clients. Pourtant, l’intégration des capteurs, pose un défi dans la phase de montage ou bien en aftermarket, tant en termes de faisabilité que de coûts d’implémentation.

 

Un secteur en pleine évolution

 

Au fil du temps, de nouvelles règlementations, comme la norme OBD (OnBoard Diagnostic) qui mesure les émissions polluantes des véhicules, se sont imposées aujourd’hui et « ouvrent » l’ordinateur. La prise OBD peut être considérée comme « un port sur l’ordinateur » qui permet d’obtenir des informations conséquentes sur la plupart des équipements.

 

Le secteur et l’écosystème des acteurs démontrent également leur capacité à capitaliser et intégrer de nombreuses technologies IoT :

 

La multiplicité des technologies exploitées est une richesse mais elle ajoute aussi de la complexité pour garantir le bon déroulement de la collecte et du transfert de données au constructeur. Aujourd’hui, les équipementiers connectent le véhicule non seulement pour suivre des données techniques liées à la sécurité et à la maintenance de la voiture mais aussi; pour donner accès à de l’info-tainment et des services.

 

Des avantages concrets au quotidien pour les constructeurs

 

Grâce à l’IoT, les industriels peuvent au quotidien optimiser leurs activités internationales. Les usines étant implantées partout dans le monde, il s’agit d’une réelle nécessité, à cause :

  • des contraintes d’acheminement,
  • du fonctionnement en flux tendu, à la fois pour optimiser les coûts et pour s’adapter constamment au marché et en étant réactif.

 

La présence croissante de l’IoT découle du besoin d’automatisation des processus et de suivi en temps réel de toute la circulation des pièces composant les véhicules. Les industriels ont également besoin d’effectuer un suivi précis de leurs usines de production comme des flux inter-usines. En effet, dans ce cadre les risques de retard, de perte ou de dégradation de matériel augmentent. De plus, l’intervention de tiers et la démultiplication des sous-traitants depuis les années 70’ ont créé un impératif d’interconnexion. Les deux enjeux clés de l’industrie 4.0 vise à assurer le bon déroulement de toutes les opérations comme de la qualité de service et de la maintenance préventive.

 

Une amélioration de l’efficience et de la sécurité des véhicules

 

A l’avenir, l’IoT va bénéficier, encore plus qu’il le fait aujourd’hui, à l’efficience des voitures et à la sécurité des usagers, en permettant de prévenir et d’anticiper d’éventuelles anomalies ou l’obsolescence de pièces ou de fonctionnalités. L’IoT remonte également les données techniques du véhicule et permet d’assurer le suivi de la qualité des services proposés. La fiabilité et la durabilité des pièces, ainsi que l’usage accru de la maintenance préventive vont ainsi constituer des enjeux phares de l’industrie 4.0. En effet, ces enjeux permettent aux constructeurs de s’assurer que leur offre est qualitative. Grâce à l’IoT, l’automobile est ainsi devenue un véritable « ordinateur sur pattes ». Les fabricants peuvent aussi disposer d’une meilleure connaissance du véhicule et de son cycle de vie.

 

De nouveaux usages et hypothèses pour l’avenir

 

D’une part, l’émergence du véhicule connecté et des services coïncide avec la croissance des véhicules électriques. En effet, les voitures électriques sont nécessairement connectées pour fournir les indications concernant :

  • le niveau de charge,
  • le suivi de la qualité de la batterie,
  • le point de charge le plus proche, etc.

 

Cette évolution va de pair avec le contexte global de décarbonation. D’autre part, le mouvement vers le véhicule autonome est en passe de transformer la relation autour du triangle constructeur(s)–conducteur(s)–véhicule(s). En effet, les services de partage bousculent déjà cette équation en y occupant une place de plus en plus centrale. Dans le même temps, les services de mobilité amènent leur lot de problématiques réglementaires et éthiques.

 

 

Avec l’émergence des véhicules autonomes, les capteurs pourront devenir une aide indispensable à la conduite du conducteur; ou contribueront même à déterminer la responsabilité de chacune des parties concernées en cas d’accident. La relation entre les équipementiers, les conducteurs et les véhicules évolue elle aussi avec la démocratisation du potentiel technologique. Elle s’oriente aussi autour du confort et de la sécurité des utilisateurs. L’IoT et ses nombreux capteurs joue un rôle prédominant dans ces interactions. Sans lui, ces avancées technologiques et la mise à disposition des multiples services aux utilisateurs seraient impossibles.

 

La place de l’IoT dans l’industrie est résolument pérenne, en particulier dans l’automobile. L’étendue de son champ des possibles reste encore à découvrir et à exploiter. Il ne fait nul doute que les autres secteurs industriels sauront observer de près ces avancées et en tirer parti en les adaptant à leur domaine d’expertise.

Restez connecté, inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir les dernières nouveautés de l'Internet des objets.

  • Tous les champs sont obligatoires.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.